Bureau de contrôle

Organisme de contrôle agréé et accrédité par le COFRAC section inspection sous le n°3-1236 et agréé par le ministère de l'intérieur arrêté du 15 mars 2016, ELECSIR propose tout un panel de services liés au contrôle des installations électriques d'entreprises.

La réglementation impose aux établissements employant du personnel, et /ou recevant du public, un contrôle de ces installations électriques par un organisme accrédité. Au delà de ces contrôles, ELECSIR réalise également le contrôle par thermographie, qui prévient les risques d’incendie liés à l’échauffement des matériels installés. Ce contrôle complémentaire, plébiscité par les assureurs est sanctionné par un certificat Q19, permet de réduire substantiellement la prime d’assurance.

CONTROLE ELECTRIQUE

 Afin de protéger les biens et les personnes des risques d’incendie et des risques d’électrisation, il est nécessaire de faire contrôler les installations électriques.
 La réglementation impose aux établissements employant au moins un salarié et/ou recevant du public (ERP), de faire vérifier périodiquement leurs installations électriques par un organisme dument accrédité, conformément à l’arrêté du 26 décembre 2011 et l’arrêté du 25 Juin 1980.

Les contrôles réglementaires

 Etablissement assujettis

  • Etablissements relevant du code du travail :
            TPE, PME, artisants, profession libérale,...
            - Code du Travail : Articles R.4226-14, R.4226-16 et R.4226-21
  • Etablissements recevant du public (ERP)
            Commerçants, restaurateurs, hôteliers, lieux de culte, administrations, établissement de santé,...
            - Code de la construction et de l'habitation : articles R*123-2 à R*123-17
            - Réglement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public (ERP):  Arrêté du 25 juin 1980

Attention: le classement de l'établissement est octroyé par la commision de sécurité, les obligations réglementaires sont plus ou moins contraignante en fonction de celui-ci.

  • Immeuble de Grande Hauteur (IGH)

             Bâtiment dont le plancher bas du dernier niveau est situé par rapport au niveau du sol le plus haut utilisable pour les engins des services publics de secours et de lutte contre l’incendie ;

                  ¤ à plus de 50 mètres pour les immeubles à usage d’habitation ;
                  ¤ à plus de 28 mètres pour tous les autres immeubles.
 
             - Code de la construction et de l’habitation : Articles L122-1 à L122-2 et Articles L123-1 à L123-4
             - Réglement de sécurité : Arrêté du 30 décembre 2011

Toutes ces visites sont strictement réglementées

Les Diagnostics de conformité électrique pour les professionnels

 Dans le cadre de transaction

  • A l’achat
             Ce diagnostic électrique permet de valoriser les coûts supplémentaires éventuels, liés à la mise aux normes des installations.
  • A la vente
               Il apporte du crédit à la qualité des installations électriques, rassure l'acquéreur et de fait, augmente la valeur du bien.

Dans le cadre de travaux

  • après travaux

             C'est la garanti que les travaux d'électricité ont été réalisés dans les règles de l'art et le respect de la réglementation.

  •  Avant travaux

              Il s’agit d’un diagnostic permettant de faire un point sur les installations électriques et aider l'exploitant à prendre la décision d’entreprendre des travaux.

Rapport de vérification électrique CONSUEL

L'obligation

               L'ensemble des locaux professionnels ayant réalisé des travaux électriques (augmentation de la puissance, création ou déplacement du point de livraison, changement du régime de neutre,...) nécessitant de remettre sous tension leur installation.

            L'attestation CONSUEL est exigée avant le passage du techicien d'ERDF (Décret n°72-1120 du 14 décembre 1972):

Contrôle électrique Q18 avec compte rendu spécifique

Prescripteurs

           Les assurances peuvent demander ce compte rendu afin de connaître le potentiel risque incendie de l'installation électrique. 
           C'est une prestation étendue de la vérification électrique en référence au document APSAD D18 et aux exigences réglementaires .

THERMOGRAPHIE ELECTRIQUE

En complément des vérifications électriques réglementaires, le diagnostic par thermographie infrarouge permet de déceler à distance et sans coupure, les composants électriques qui ont une température anormale, signe avant-coureur d’une anomalie qui peut s’avérer être grave.

Quels sont les enjeux ?

Etablissements Industriels :

            - Eviter les arrêts de production
            - Assurer la pérennité de l’entreprise
            - Préserver la sécurité du personnel.
            - Anticiper les risques dans les environnements particuliers

Etablissements commerciaux:

            - Réduire le risque d’incendie et de panique
            - Eviter une fermeture et ses lourdes conséquences

Etablissements comportant des locaux à sommeil:

            - Réduire le risque d’incendie et de panique aggravés par l’activité de ces établissements
            - Eviter une fermeture et ses lourdes conséquences

Etablissements d’hébergement informatique:

            - Réduire le risque de coupure.

Sociétés de maintenance:

            - Gagner en efficience lors de maintenances préventives d’armoires électriques.

Quelques explications:

   En service normal, une installation ou un appareil électrique chauffe. Les déperditions dues à «l’effet Joule», plus ou moins importantes, sont inévitables.

   Les normes de fabrication et d’installation garantissent, en principe, que ces échauffements restent sans effet nocif pour l’utilisateur et son environnement. Ceci est vrai en fonctionnement    normal, bien sûr, mais aussi en cas de surintensités. La maintenance et le contrôle réglementaire visuel imposé par le code du travail doivent permettre de prévenir ces risques. Cependant, certaines    anomalies ne peuvent être décelées à l’œil nu :

  • En cas de surcharge, si les protections (fusibles, disjoncteurs, relais thermiques...) ne sont pas bien établies, la coupure automatique risque de ne pas intervenir avant que l’échauffement qui en suit n’ait déjà provoqué le début d’un incendie.
Photo d'un disjoncteur Thermogramme d'un disjoncteur

Disjoncteur d'apparence normale.

Thermogramme de ce même disjoncteur qui présente un défaut interne à remédier immédiatement

 

  •  En cas de desserrage d'un contact, aucun dispositif de protection ne détectera l'échauffement potentiellement très important qui pourrait être à l'origine d'une baisse de tension, d'un incendie ou d'une explosion.
Défaut de connexion au niveau des bornes d'un disjoncteur   Bornier de raccordement brûlé
Conséquences d'une connexion défectueuse         

 

  •   En cas de déséquilibre de charge, de présence d'harmoniques ou d'équipements non adaptés à l'activité, des déclenchements intempestifs pourront être provoqués, qui engendreront des arrêts de production ou des pertes de données.

 

Seule la caméra infrarouge détecte l'invisible.

   Cette caméra thermique mesure, à distance, l'énergie électromagnétique émise dans les longueurs    d'ondes situées dans le domaine des rayonnements infrarouge. L'image ainsi obtenue, appelée    thermogramme, est exploitée sous le contrôle d’un opérateur en thermographie qui apprécie et maîtrise la situation de mesure.

   C’est pourquoi dans le « Traité des Risques d’Entreprise » (TRE), la FFSA (Fédération Française des    Société d’Assurance) recommande de réaliser un contrôle des installations électriques par    thermographie infrarouge en complément des contrôles réglementaires périodiques. Il en sera    accordé une réduction de la prime d'assurance annuelle sur présentation du compte rendu Q19.